4

Lutter contre les allergies polliniques

ACTION 9

Renforcer le dispositif de surveillance

> MESURE 19
Assurer et maintenir la surveillance des pollens, développer la modélisation permettant l’anticipation de l’information et établir des cartographies.
Coordonnateur : RNSA
Acteurs : Atmo-RhôneAlpes, Conseil régional, ARS, AFEDA, CBN, FREDONS, Météo France et Météo Suisse, RNSA, Sup AGRO, équipes de recherche
Sources de financement envisagées : État, collectivités (Conseil régional, Conseil général, communes), industrie pharmaceutique
> Indicateurs :
  • Premier indicateur : nombre de capteurs de pollen 
  • Deuxième indicateur : mise en place d’une modélisation et d’une procédure d’alerte sur le démarrage de la pollinisation 
  • Troisième indicateur : nombre de communes cartographiées 
> Modalités d’évaluation :

RNSA ; 1 fois par an

> État initial :

nombre de capteurs implantés en RA : 16 de type Hirst, 4 de type Cour

> État visé :
  • Premier indicateur : au minimum maintien du nombre initial de capteurs fixes et mise en place de capteurs mobiles dans les zones non couvertes, dont les zones de front 
  • Deuxième indicateur : réalisation de prévisions à 3 semaines, à corréler le plus possible avec la réalité des mesures 
  • Troisième indicateur : au moins 75 % de communes cartographiées 
> MESURE 20
Mesurer l'impact médico-économique de l'exposition aux pollens allergisants.
Coordonnateur : ARS
Acteurs : ARS, ORS, RNSA
Sources de financement envisagées : ARS
> Indicateurs :

suivi annuel de l’index consommation médicale (médicaments, visites praticiens, immunothérapie, examens biologiques, traitements de l’asthme, arrêts maladie…)

> Modalités d’évaluation :

1 fois par an

> État initial :

données 2008-2010 

> État visé :

suivi annuel des index, confrontations aux mesures de prévention

> MESURE 21
Prévenir en informant sur le potentiel allergisant des espèces végétales.
Coordonnateur : ARS
Acteurs : ARS, syndicat horticole, paysagistes, RNSA, Conseil régional, Conseil général du Rhône
Sources de financement envisagées : ARS, Conseil régional
> Indicateurs :

diffusion des documents sur le potentiel allergisant des espèces végétales 

> Modalités d’évaluation :

ARS ; 1 fois par an (sous forme d’enquête pour connaître le niveau de diffusion de l’information)

> État initial :

brochures et sites internet « ambroisie.info, végétation en ville.org », brochure sur les haies alternatives

> État visé :

documents diffusés pour une prise en compte par les aménageurs du domaine public ou privé permettant une amélioration des aménagements avec diminution du choix de plantes allergisantes dans les plantationsd’études d’impacts soumis à l’ARS possèdent un volet sanitaire de qualité en 2014 

ACTION 10

Organiser la lutte contre l'ambroisie

> MESURE 22
Rechercher l’engagement des services de l’État et organismes concernés dans chaque département.

Différentes actions ont été menées depuis plusieurs années dans plusieurs départements notamment dans la Loire, l’Isère et le Rhône. Ainsi, dans le département du Rhône, des actions de lutte contre l’ambroisie sont engagées depuis plus de 15 ans par le Conseil général (d’une part le long de ses réseaux, sur certains parcelles, et d’autre part en menant des actions de communication, en mettant en place un numéro vert (0 800 869 869). Ce travail est mené en partenariat avec l’État, les communes, et les acteurs de la lutte contre l’ambroisie, le département du Rhône est un grand témoin quant à la mise en réseau d’acteurs.

Plus récemment, un « Plan Ambroisie » a été mis en place dans la Drôme en 2010. Il s’adresse à tous les propriétaires ou exploitants fonciers, privés comme publics, sans exclusivité (particuliers, agriculteurs, foncier industriel, foncier public,…). Des actions sont aussi engagées dans le département de l’Ain.

L’ensemble des départements de la région devrait se doter de plans d’actions. 

Coordonnateur : préfectures
Acteurs : comité de pilotage avec des représentants des services de l’État et d’organismes concernés (dont CDA, DDT, ARS, CETIOM, Arvalis, AFEDA, Stop Ambroisie, etc.), Conseils généraux
Sources de financement envisagées : sans objet
> Indicateurs :

nombre de dispositifs en construction 

> Modalités d’évaluation :

préfectures ; 1 fois par an 

> État initial :

des plans de lutte dans l’Ain, dans la Drôme et dans le Rhône et 1 plan de lutte engagé en Ardèche, des actions ponctuelles dans l’Isére 

> État visé :

des plans de lutte reconduits dans les départements et adaptés au contexte de chacun 

> MESURE 23
Mettre en place des référents ambroisie, organiser leur formation et les informer.

Au niveau local, les acteurs de la lutte doivent faire partie d’un dispositif pour donner une cohérence et une coordination à l’échelle du territoire. Cela nécessite désignation et la mobilisation d’une personne de référence sur le terrain : les référents ambroisie communaux.

Les objectifs de cette mesure sont :

  • Envoi aux maires et présidents de communautés de communes de demandes de nomination de référents ambroisie, d’animateurs intercommunaux du réseau des référents de l’intercommunalité, accompagnées de fiches de poste types. Mise en place de référents environnements formés pour l’ambroisie dans les gendarmeries (au moins un par canton).
  • Diffuser de la documentation sur les moyens de lutte, les procédures recommandées. Constituer et diffuser une « boite à outils » avec lettres types, contacts utiles, formulaires de saisie cadastrale, etc. Élaborer un plan de communication ciblé sur les agriculteurs.
  • Aider les référents dans leur tâche, les former, assurer la cohérence des actions au niveau du territoire et la remontée des informations vers le comité de pilotage.
Coordonnateur : comités de pilotage du dispositif départemental
Acteurs : représentants des services de l’État et organismes concernés (dont CDA, DDT, ARS, CETIOM, Arvalis, AFEDA, Stop Ambroisie, etc.), Conseils généraux, CNFPT
Sources de financement envisagées : CNFPT, collectivités et autres organismes à identifier
> Indicateurs :
  • Premier indicateur : pourcentage de communes ayant nommé un référent ambroisie 
  • Deuxième indicateur : pourcentage de communauté de communes ayant nommé un animateur ambroisie 
  • Troisième indicateur : pourcentage de gendarmeries ayant nommé un référent ambroisie 
  • Quatrième indicateur : formation : pourcentage de référents formés 
  • Cinquième indicateur : documentation : pourcentage de réalisation de la « boîte à outils » type et réalisation du plan de communication agricole
> Modalités d’évaluation :

à définir avec le comité de pilotage

> État initial :

selon les départements, jusqu’à 50 % de communes 

> État visé :

100 % des communes et communautés de communes des départements fortement infestés et 75 % des communes et communautés de communes des autres départements.

> MESURE 24
Créer des comités de pilotage dans chaque département et un comité de pilotage régional.
Coordonnateur : préfectures
Acteurs : ARS, DDT, préfectures, chambres d’agriculture, Conseils généraux
Sources de financement envisagées : sans objet
> Indicateurs :

nombre de comités en place 

> Modalités d’évaluation :

préfectures ; 1 fois par an

> État initial :

un comité dans la Drôme

> État visé :

1 comité dans chaque département

Revenir en haut de page