10

favoriser des utilisations durables de l’eau

ACTION 25

Améliorer la gestion de la distribution publique de l’eau potable et l’information sur la qualité de l’eau distribuée

> MESURE 61
Favoriser la mise en place de services techniques intercommunaux dédiés à la gestion des réseaux d’eau pour les communes confrontées à des problèmes récurrents de qualité microbiologique.
Coordonnateur : préfet, conseils généraux
Acteurs : collectivités, ARS, Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse
Sources de financement envisagées : budget « eau » des collectivités, subventions du Conseil général, Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse
> Indicateurs :

nombre de communes en non conformité bactériologique chronique intégrant une intercommunalité avec un service technique de l’eau 

> Modalités d’évaluation :

ARS ; 1 fois par an 

> État initial :

situation en 2010 

> État visé :

75 % des communes concernées regroupées

> MESURE 62
Améliorer l’accessibilité aux données relatives aux analyses d’eau.
Coordonnateur : ARS
Acteurs : ARS
Sources de financement envisagées : ARS
> Indicateurs :

accès depuis le site de l’ARS à toutes les analyses 

> Modalités d’évaluation :

ARS ; à la fin du PRSE2 

> État initial :

accès sur le site du ministère de la santé 

> État visé :

accès direct sur le site de l’ARS

ACTION 26

Ouvrir à d’autres usages de l’eau

> MESURE 63
Favoriser le développement de pratiques durables de gestion de l’eau par les usagers en maîtrisant les risques induits.

Ces pratiques sont relatives aux utilisations des eaux à la parcelle : puits, eaux pluviales, assainissement non collectif, pompes à chaleur sur nappe. Les risques induits sont l’interconnexion de réseaux, l’utilisation domestique d’eau non potable, le développement de germes et de moustiques dans les eaux stagnantes, les risques liés au ruissellement (matériaux polluants, grippe aviaire, …) l’exposition aux risques légionellose par aspersion d’eau non potable, le réchauffement des nappes…

Coordonnateur : collectivités
Acteurs : particuliers et entreprises, collectivités, ARS, Conseil régional, GRAIE, centre de démoustication et autres associations
Sources de financement envisagées : budget « communication » à préciser lors de la mise en place des campagnes de communication
> Indicateurs :

nombre de campagnes annuelles 

> Modalités d’évaluation :

collectivités ; à la fin du PRSE2

> État initial :

> État visé :

1 campagne annuelle

> MESURE 64
Utiliser l’eau dans l’aménagement de la ville pour améliorer l’environnement des citadins.

Développer un suivi spécifique sur des opérations innovantes permettant d’évaluer l’impact sur la santé humaine (y compris morale) de nouvelles pratiques de gestion de l’eau : climatisation urbaine, humidification de l’air ambiant, lutte contre les îlots de chaleur, géothermie, amélioration du cadre de vie, espaces de vie, végétalisation, réintroduction de la biodiversité en ville (avec les risques induits, notamment moustiques), …

Coordonnateur : Grand Lyon, Othu
Acteurs : collectivités locales et/ou territoriales, organismes de recherche, ARS, Agences de l’eau, associations
Sources de financement envisagées : Grand Lyon
> Indicateurs :

nombre d’opérations recensées et suivies 

> Modalités d’évaluation :

enquêtes sur sites

> État initial :

0

> État visé :

recueil d’opérations et évaluation de leur impact sur la santé

Revenir en haut de page